Physiologie de l'employé

Physiologie de l'employé

1841
124 pages (temps de lecture estimé : 2h00min)

Descriptif : La Physiologie de l’employé compte parmi les plus méchantes pages que Balzac (1799-1850) ait pu écrire sur l’administration et ses employés. “Il est difficile de décider, écrit-il, si ces mammifères à plumes se crétinisent à ce métier, ou s’ils ne font pas ce métier parce qu’ils étaient un peu crétins de naissance”. L’employé y est uniment décrit comme “un homme qui pour vivre a besoin de son traitement et qui n’est pas libre de quitter sa place, ne sachant faire autre chose que paperasser”. L’accumulation des différents types et sous-types d’employés (le commis ganache, le collectionneur, l’homme de lettres, le vaudevilliste, le cumulard, ou le “pauvre employé”, etc.) suit la règle des physiologies, mais non le ton acerbe dirigé contre la “manie des places” et une administration que le nombre “fantastique” de ses employés vouait (déjà ?) à l’inertie et à la médiocrité.

Aubert, Lavigne (Paris)
1841
1841
© BnF collection ebooks 2015
La Maison Nucingen
La Maison Nucingen Honoré de Balzac Littérature et classiques
Physiologie de la Lorette
Physiologie de la Lorette Maurice Alhoy Littérature et classiques
Physiologie de l'employé Physiologie de l'employé
Honoré de Balzac
Littérature et classiques
Ajouter à une de mes bibliothèques
  • Créer une bibliothèque
  • Retirer de mes envies Ajouter à mes envies
Expand
00:00
0
Ajouter à une de mes playlists
  • Créer une playlist
  • Ajouter à la file d'attente
  • Retirer de mes envies Ajouter à mes envies
00:00
00:00
En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.